www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
de l'asptt clermont athletisme
Actualités
Portrait Christian MOURET
Commentez cette actualité
6 Février 2019 - Albert_SALGUEIRO
Portrait Christian MOURET

Carte d’identité ASPTT

 

Né le 11 mai 1954

Arrivé à l’ASPTT : 1984 en qualité de coureur de demi-fond

Records : 35,12 sur 10 Km et 1h14,02 sur 20 km.

Devient entraîneur à l’ASPTT en 1989. Il officie en cette qualité d’abord auprès des enfants, éveils athlétiques, poussins et benjamins. Désormais, il s’occupe des demi-fondeurs de cadet à vétéran.

Un rapide portrait.

Christian ? Le bénévole par excellence. Toujours prêt au combat, pour les entraînements, pour un repas de club ou pour un événement sportif organisé par le club. En bref, l’homme de la situation. Celui qui parle peu, mais qui fait quand il faut faire. Un pilier de la section depuis presque 30 ans. En bref, un point cardinal. Celui dont on voudrait qu’il dure toujours.

Installé au perchoir, on ne peut pas le manquer. Vous non plus, il ne vous manquera pas. C’est l’homme de la piste, par tous les temps. Le Stadium, moi ? Connais pas. C’est aussi l’homme aux mille chronos et à l’œil de Lynx. Un départ aux 400 m, un autre aux 300 m dans le même temps, puis un autre aux 200 m et encore un autre aux 500 m. S’il vous plaît, ne pas lui parler à ce moment-là ! Il vous en voudra de lui faire manquer les départs ou les arrivées.

Christian, l’homme du bon sens. Pas un adepte de la poésie, de l’hyperbole, des formules de politesses alambiquées ou du langage précieux. Il est entier. Dites-lui ce que vous pensez car, lui, n’hésitera. Mais, quoiqu’il vous dise, des arrières pensées, de la méchanceté, de la fourberie ou d’une quelconque volonté de blesser, il en est totalement dénué.  Jugez-en.

L’interview.

Qu’est-ce que tu attends d’un athlète ?

En premier lieu, qu’il prenne du plaisir à courir. Si la performance vient, c’est du bonus. Cela ne doit pas devenir une quête absolue.

En revanche, la régularité et l’assiduité dans l’entraînement sont des qualités que je juge essentielles.

L’athlète doit néanmoins avant tout trouver un équilibre entre la course à pied, sa vie personnelle et professionnelle. Une certaine stabilité est donc nécessaire pour pouvoir prendre plaisir dans la pratique de l’athlétisme. Il ne faut donc pas se mettre martel en tête.

Qu’est-ce que l’athlétisme pour toi ?

C’est avant tout le chronomètre. Plus généralement, c’est courir, sauter et lancer. Pour moi, c’est le sport le plus dur. Comme je le dis souvent, il faut être un peu « maso » pour faire de la course à pied.

Le trail ?

Ce n’est pas de l’athlétisme au sens où je viens de le décrire.

Jusqu’à quand penses-tu entraîner ?

Jusqu’à ce qu’on me mette à la porte ! A défaut, tant que je peux. L’athlétisme, c’est ma passion, mon « dada ».

Quelles sont les qualités que doit avoir un entraîneur ?

Ne pas « casser » l’athlète. En effet, l’entraîneur doit faire en sorte de ne pas dégoûter l’athlète. C’est pour cela que je suis contre le sport étude. Combien deviennent champions après ? Très peu, car on leur demande trop.

Mon objectif, c’est de faire en sorte que la personne pratique le plus longtemps possible la course à pied. La longévité dans le sport, c’est un objectif qui me tient à cœur.

Prendre quelqu’un, quel que soit son âge, qui part de zéro, pour le mener à son maximum de capacité, c’est un véritable challenge pour moi.

L’entraîneur doit être un conseil. Je suis contre les entraînements à distance, c'est-à-dire les plans distribués à partir d’un ordinateur. La plus-value d’un entraîneur, c’est de pouvoir proposer des séances individualisées, autrement dit adaptées au niveau de chaque athlète.  C’est pour cela que je n’hésite pas à me rendre disponible afin de m’adapter aux emplois du temps de celles et ceux qui travaillent. L’amplitude horaire de mes entraînements peut donc être large. Les séances en groupe, ou du moins avec de trop gros groupes souvent hétérogènes, n’est pas forcément la meilleure des choses selon moi.

Quelles sont tes valeurs ?

Je suis dur avec moi-même, donc je le suis avec les autres aussi. La rigueur est nécessaire. Je ne pratique pas la complaisance. Je ne suis pas là pour cela. Il ne faut donc pas que l’athlète s’attende à ce que je le complimente à chaque fin de séance.

C’est vrai, je suis franc, direct et sans concession. Cela peut parfois bousculer certains. Mais, voilà, je ne sais pas être autrement. Pour s’entraîner avec moi, il faut accepter mon côté ours mal léché.

Un souvenir particulier ?

Oui, une fois j’avais organisé un mini stage pour les jeunes sur deux jours à Murol, sur la propriété de ma mère. Je me souviens qu’on avait planté les tentes dehors. C’était au mois de mai, je crois. Le problème, c’est que là-haut, les nuits sont encore bien fraîches à cette époque. Personnellement, je n’avais pas tenu le choc. J’étais rentré dormir à l’intérieur de la maison. Les jeunes, eux, avaient résisté sans problème. Il serait peut-être bien de retenter cette aventure.

C'est lui ...….  plus jeune

les Réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
27/01 >
23/01 >
18/01 >
11/01 >
08/01 >
01/01 >
27/12 >
05/12 >
29/11 >
26/11 >
25/11 >
16/11 >
25/10 >
28/09 >
07/09 >
17/08 >
20/07 >
15/07 >
30/06 >
14/06 >
Les Espaces
 







 


                                                        

REUNION DE BUREAU

Mardi 17 janvier 2023 à 18h

Bloc A Cézeaux


Coordonnées
Président ASPTT


albert.salgueiro@
laposte.net



Des suggestions, des idées pour améliorer le site Internet du Club, merci de déposer vos messages en cliquant sur la
boite à idées